Les procédés d'extraction

 

Les procédés d'extraction :

A. La distillation:

 

     Cette méthode d'extraction est la plus utilisée. Elle consiste à séparer plusieurs corps dont les températures d'ébullition sont différentes. On chauffe un mélange de substances végétales et d'eau ce qui provoque l'éclatement des cellules végétales. La vapeur d'eau se charge des molécules huileuses et odorantes et passe à travers un récipient réfrigérant pour provoquer la séparation des molécules odorantes et des particules d'eau.

  • Si les températures d'ébullition des espèces sont très diverses, on utilisera alors un montage de distillation simple :

 

 

1. Chauffe- ballon                    5. Arrivée et sortie d'eau

2. Mélange réactionnel            6. Éprouvette

3. Thermomètre                      7. Ébullition

4. Réfrigérant                         8. Phase organique supérieure contenant la majorité des composés odorants

 

  • Si ces températures sont proches, on utilisera un montage de distillation fractionnée avec la colonne de Vigreux qui permet par condensations successives une séparation plus précise des corps présents. En effet, la température diminuant le long de la colonne, les différents composants se condensent à des hauteurs différentes. L'espèce chimique extraite en premier est la plus volatile, celle dont la température d'ébullition est la plus faible :

     

 

1 Chauffe ballon             5 Arrivée et sortie d'eau

2 Mélange réactionnel    6 Réfrigérant

3 Colonne de Vigreux     7 Éprouvette

4 Thermomètre              8 Distillat

 

        Lors d'une distillation, comme pour tout chauffage d'un liquide, il faut ajouter quelques grains de pierre ponce afin de réguler l'ébullition. Grâce à la micro porosité régulière et parfaite de la pierre ponce qui génère des bulles strictement identiques, elle évite la formation de "points chauds" et aide donc à répartir le chauffage dans tout le mélange.

 

        Aujourd'hui on privilégie la distillation à vapeur. Les méthodes de production utilisent des appareils plus grands et les vases des alambics peuvent recevoir 5000 à 6000 litres. Le "vase à fleurs" ne contient plus d'eau et n'est pas directement chauffé. Il est traversé par de la vapeur d'eau produite dans une chaudière :

 

 

        Dans tous les cas, une fois la distillation terminée, on obtient deux phases qu'il va falloir séparer. Pour cela on va utiliser la méthode de décantation. Lorsque le mélange à séparer est composé de plusieurs phases non-miscibles, on réalise la séparation dans une ampoule à décanter ce qui permettra de conserver la phase souhaitée (le plus souvent la phase organique) :

 

Schéma d'une décantation :

 

          Pour améliorer l'efficacité de cette séparation on utilise principalement deux moyens :

  • Le relargage : On ajoute un composé ionique au mélange (Chlorure de sodium par exemple). Les molécules d'eau sont alors principalement liées aux ions introduits à cause de leur polarité. Le composé organique peu miscible se sépare de la phase aqueuse et se retrouve dans la phase organique. On obtient une séparation nette entre les phases.

  • Le séchage : On ajoute, en fin de décantation, une substance anhydre qui va absorber les molécules d'eau encore présentes dans la phase organique.

 

B. L'extraction à froid:

       Ce procédé consiste à extraire les molécules aromatiques à l'aide de solvants. Les végétaux sont placés dans un solvant organique (exemple : hexane choisi en raison de son grand pouvoir de solubilisation et de sa volatilité) qui se chargent des principes odorants lors des lavages successifs du végétal. Décantée puis distillée l'essence est séparée du solvant. Evaporé, récupéré puis recyclé le solvant laisse un extrait pâteux coloré et parfumé : la concrète.

 

C. L'enfleurage:

         L'enfleurage à froid, le plus ancien des procédés, est aujourd'hui presque totalement abandonné. Il était principalement utilisé pour les fleurs fragiles (exemple : violette) qui ne supportent pas la chaleur. On dépose les fleurs sur des châssis de verre enduits de graisse. On laisse reposer : la graisse absorbe les molécules odorantes. On renouvelle les fleurs souvent jusqu'à saturation de la graisse. La graisse parfumée était introduite dans une batteuse avec de l'alcool. Le parfum ainsi agité quittait la graisse et allait dans l'alcool. On filtrait, et on obtenait de " l'absolu".

 

 

D. Les biotechnologies:

La Fermentation.

         La fermentation est une réaction biochimique qui consiste à libérer de l'énergie à partir d'un substrat organique sous l'action de micro-organismes sans présence d'oxygène (anaérobiose). Cette réaction produit un dégagement gazeux. Principalement utilisée pour la fermentation lactique et éthylique, elle est aussi utilisée pour d'autres arômes, qui entrent notamment dans la composition des parfums.

Réaction Enzymatique

          Une enzyme est une molécule permettant d'accélérer jusqu'à des millions de fois les réactions chimiques du métabolisme (l'ensemble des transformations moléculaires et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule) se déroulant dans le milieu cellulaire ou extracellulaire. Les enzymes agissent à faible concentration et elles se retrouvent intactes en fin de réaction : ce sont des catalyseurs biologiques (substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique) (ou biocatalyseurs). Leur action dépend de nombreux facteurs, essentiellement le pH et la température. Par, exemple, prenons l'amylase, enzyme contenue entre autre dans la salive : les meilleures conditions pour qu'elle catalyse l'hydrolyse de l'amidon sont un pH neutre et une température de 37°C environ.

 

  →→

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×